l’amour est toujours en fuite

jeunefemmebali

Amed, Bali, août 2013

La rue bruissante, la lumière hâve.
Elle a mis tout le poids de sa vie dans la balance de son regard. Il n’a pas su se sauver du splendide éclair clouant son ombre. Sollicités par la même petite énigme : pourquoi eux, ici et maintenant?
Ce moment qui foudroie debout les plus vaillantes armées du doute. Cet instant qui resserre et qui tient en même temps à une distance sacrée.
Après? C’est une histoire qui se donne entre elle et lui. Des chapitres de beauté nocturne en plein midi. Des épitomés d’univers condensés dans leur masse noire et rare, dans une langue indéchiffrable autrement que par celle des cétoines.
Un matin, c’est un soleil qui ne brûle plus les doigts quand on le tranche de sourires. C’est une pluie froide qui tombe sur l’épaule de l’été quand on attendait ses doigts fins pour se consoler du vide. Les cétoines ont mangé les roses.
L’amour est toujours en fuite. Et Truffaut ne l’a pas rattrapé.
On peut toujours essayer de remonter le courant de l’amour. Pagaie, godille tant que tu peux. L’étoile qui le tient n’a jamais cessé de couler.  

le malheur des uns fait le bonheur des autres

deuxamoureux
Paris, mai 2014
Un bref moment de désarroi station Châtelet, que les travaux démantibulent. Une signalétique hasardeuse au bout de longs couloirs dédaléens, un accident grave de voyageur qui égaille les usagers du métro en tous sens. Je sors le petit dépliant pour me réorienter dans ce flot empressé, ils se plantent ici et commencent à se rapprocher. Tout est gris et bruyant sauf à l’instant où leurs lèvres se touchent. Ils s’embrassent. Assurément, copieusement – et pourtant je n’aime pas les adverbes. Feignant de ne rien comprendre à cette cartographie des intestins de Paris, je me pourvois en transparence pour mieux épier leurs travaux de mandibules. Leurs yeux se plissent, station enchantée. L’amour est sauf – à cet instant, c’est comme trouver du lait dans des fruits abandonnés.

l’escale de mai

chartreuse

Plateau des Petites Roches (Chartreuse) et chaîne de Belledonne. Au fond, le Mont-Blanc. Isère, mai 2014
« Exactement comme chaque plage a son lot particulier de marées hautes et basses, de mortes-eaux et de grandes marées de printemps, il en va de même pour chaque vallée, chaque crête et chaque chaîne de montagnes : l’angle et le rythme du retour de la lumière sont uniques, et les variations pour être subtiles n’en sont pas moins aussi distinctes que celles de mille compositions musicales sur un même thème. L’explosion brute produite par le retour de mai est la même, mais les partitions qu’inspire cette joie sont aussi différentes que leurs compositeurs. » (Rick Bass, le Retour des Cinq Saisons)

vu d’avril un soir

Belledonne et Chartreuse, Isère, avril 2014
Combien de printemps, combien d’avrils me reste-t-il ? Combien d’eaux de mars passées à guetter cette prime douceur qui reviendrait comme un suc éblouir ma langue natale ? Combien de joies vives le temps me laissera boire encore, agenouillé à sa source, jusqu’à devenir saoul ? Et après nous, qui foulera la terre de Dieu où la morille se cache ? Laissera-t-on intacts le petit sentier des grillons, et ce bois pour les deux chouettes qui se répondent, et cette prairie pour le renard en maraude? Qui chérira aussi fort que nous sa fugitive rousseur ? Je n’ai pas fini de regretter tout ce soleil qui va briller pour d’autres moins précautionneux. Combien d’années à tout revivre aussi fort qu’au premier printemps ?

écart de conduite

bagnole-2

Trièves, Isère, avril 2014
Nous en avons suivi, des chemins et des routes! Nous avons avalé des kilomètres de bitume, par tous les temps, tourné à gauche, à droite, puis à gauche encore, négocié des virages dangereux, franchi les carrefours, les ponts, les cols, les passages à niveaux. Nous sommes passés au vert, nous avons grillé quelques feux rouges aussi, pressés que nous étions d’atteindre la mer. Nous filions cheveux au vent, la musique de l’espérance à fond, chantant par-dessus à tue-tête. Le ciel était à notre portée. On nous faisait le coup de la panne? Nous savions tirer l’essence de toute chose. Nous avons roulé, roulé, roulé encore, sans jamais arriver à destination. Sans même jamais réussir à passer la seconde. A vrai dire nous n’avons pas dépassé le périph’. Tout ce que nous avons avalé n’était que des kilomètres de couleuvres et les accessoiristes ce soir n’en peuvent plus de faire défiler des paysages en carton-pâte derrière la vitre.

la dernière fois

dernierefois

 TGV vers Grenoble, décembre 2013
La dernière fois, comment s’en souvenir ? Quel jour étions-nous, quel temps faisait-il lorsque nous nous sommes vus pour la dernière fois ? Dans quelle ville était-ce ? Quel oiseau chantait, quelle était l’humeur du ciel ? Qu’est-ce qu’on s’était dit exactement ? Y avait-il un signe dans l’air, un indice que nous n’avions pas su déceler et qui aurait pu nous chuchoter que non, nous ne nous reverrions pas ? Comment pouvions-nous savoir que c’était la dernière fois ? Et qu’est-ce qui aurait changé si nous l’avions su ? Nous vivons dans l’illusion que tout continue, dans le semblant de la permanence des choses. Mais les silences se propagent, les saisons se distendent. L’Univers n’achève jamais son expansion. Nous nous dispersons sans vraiment prendre conscience de cet éloignement, retenus l’un à l’autre par l’espérance secrète des retrouvailles. Et cette espérance perdure jusqu’au dernier courrier resté sans réponse, celui qu’on se rappelle à peine avoir envoyé, il y a des années. C’est à ce moment-là que l’on affronte sa solitude d’ébène, quand les vieux souvenirs affamés d’incertitude rôdent sous la porte, un soir de fin d’hiver sans hiver.

avant le tunnel de Mordane

rail

Depuis le TGV Valence-Barcelone, déc.2013

Ce ne sont que des souvenirs, et ce qui les habite n’est que de l’ombre. Mais chose étrange, ces souvenirs se dressaient hier soir devant moi. En file indienne, ils attendaient que ma nuit les honore l’un après l’autre. J’ai dû revenir sur mes pas pour ne pas avoir à affronter ces grands veilleurs de mon passé. Et là, j’ai vu le vide.
 
Comment faire pour retenir le temps ? Aimer. D’aussi loin qu’il m’en souvienne, je ne vois rien d’autre.
 
Je doute que le mot Dieu puisse avoir un sens. Mais tous les matins, je prie à pic.
 
Remonter vers ta rotonde, prendre nos correspondances, traverser ta passerelle d’écluse. Rejoindre à cloche-pied ces années légères et bleues sans raison. Mais la mémoire me fait un croc-en-jambe. A ton dernier feu, je tourne à la pluie.

impressions nocturnes

lune2

Domène, Isère, janvier 2014

Il y a ceux qui se calfeutrent, ceux qui vont danser, ceux qui ne rentreront pas. Il y a celui qui gardera un peu de toi sur la langue. D’une ombre à l’autre, la nuit détourne les destins d’un rêve de communion.

______________ Un hibou brusquement s’est plaint. Un renard lui a répondu dans les phares de la lune. Rousse frousse. ______________

A perte de nuit, les âmes effarées. Les créatures sans qu’on les voie. Un tissu de mensonges aux étoiles roublardes. Un spleen plein de faux plis. ______________

La nuit est un piano d’ébène : Chopin chopant le blues. ______________

La branche griffue d’un chêne sur la page d’un ciel d’encre. D’une main tremblée, la nuit signe la paix du monde.

© 2009-2014 - GEASTER

ИТ новости