l’impossibilité d’une ville (#8)

dubai-5
Août 2014
Monde paradoxal. D’un côté, la technologie accélère cette soi-disant mobilité. Ce fameux réseau rapproche dans un mouvement brownien les petits atolls individuels. Il n’a jamais été plus facile de voyager vers l’inconnu. Une simple connexion électromagnétique et hop! le tour est joué. De l’autre, la ville apparaît toujours plus compacte, amnésique et rigide, où les immeubles s’emboîtent et se serrent comme des Lego et font écran à toute preuve de vie. Ici nous sommes joignables à tout bout de champ. Et pourtant nous ne sommes plus tout à fait visibles. Les rares personnes croisées à Dubai, lunettes noires, vitres fumées et smartphones, s’engouffraient bien vite derrière les imposantes cathédrales de béton. Personnages insaisissables, presque illusoires, dans un décor de cinéma. C’est ainsi que l’illusion technologique d’aller plus facilement vers les autres se fracasse sur les murailles de la solitude urbaine. Et Dubai, outre-ville retranchée derrière sa grandiloquence moderne, ne partage rien que son sable, un sable d’or peut-être, mais grésillant sur toute la ligne.

l’impossibilité d’une ville (#6)

dubai-3
Août 2014
« Pitoyables, les âmes humaines, elles qui mettent tout en ordre, Qui tracent des lignes de chose à chose, Qui mettent des pancartes portant des noms sur les arbres absolument réels, Et qui dessinent des parallèles de latitude et longitude Sur la terre même, la terre innocente, la terre innocente et plus verte et plus fleurie que tout ça ! » (Fernando Pessoa, Le Gardeur de Troupeaux)

l’impossibilité d’une ville (#5)

dubai-14
Août 2014
« La vie est fondamentalement impersonnelle, elle n’appartient à personne, elle passe, et chacun y participe à sa manière… Et nous y parvenons en partageant des moments. On ne vivra jamais le tout de la vie de l’autre; mais soi-même non plus, on ne vit pas le tout de sa vie. » (Pierre Zaoui)

l’impossibilité d’une ville (#3)

dubai
Août 2014
« Faire que l’espace naturel ou paysan n’apparaisse plus comme une tache dans l’homogénéité globale de la cité mondiale. Mais comme un lieu qui en fait partie, avec sa fonction un peu spéciale certes, mais définie selon les normes et les besoins de la ville, estampillé par la ville, avalé et digéré par elle. » (François Terrasson, la civilisation anti-nature)

© 2009-2014 - GEASTER

ИТ новости