à part soi

Menu

à part soi

Menu

« Et tout là-bas passent chevaux et roues »

 

Lentement les jours s’acheminaient vers une fin d’hiver interminable, déroulant à perte de rues des manteaux bientôt trop longs pour l’époque.

 

(Montvendre, Drôme, février 2008 – titre d’après un poème d’Emile Verhaeren, La Ville)

0 comments

Pas encore de commentaires.

Ajouter un commentaire