Articles marqués avec ‘Noël’

garder la flamme

torche
Chambarans, Isère, novembre 2014

« Il y a des moments de combat, d’autres de résignation. Surtout ne pas montrer ce sentiment de défaite qui gagne certains jours, quand le monde entier semble courir à rebours des certitudes que l’amour, les voyages, la musique nous chuchotent.
C’est dans le combat qu’on éprouve le mieux la beauté du monde.
Le combat, ce n’est pas l’affrontement, pas plus que la sagesse n’est renoncement. Combattre pour un monde meilleur, c’est se convaincre d’abord soi-même chaque jour de l’indépassable poésie qui nous surplombe – et se laisser frôler par elle, comme une femme amoureuse au premier instant où elle ose. La hardiesse, la grande liberté contemporaine, c’est apprendre à s’ouvrir aux joies silencieuses, les plus précieuses maintenant que nous en connaissons la rareté : dans l’étoile de givre qui s’attarde sur la vitre, dans la fuite rousse d’un goupil en maraude, dans l’éraflure secrète de l’écorce du frêne. Il n’est de meilleur psychanalyste que le vent dans la ramée, ni de plus fidèle confidente que la langue d’écume sur le sable. Le sentiment de s’accorder avec le monde, de vivre en lui, inspire une force, une exultation qui n’ont d’écho que dans le sourire et l’étreinte.
C’est ce combat, la préservation de la beauté, la promotion du vivant, qu’il nous faut tâcher de mener, et tant qu’il nous sera donné la force, la vérité d’aimer les autres. Joyeux Noël à toutes et à tous. »
(texte publié une première fois pour le blog Avant La Lettre en décembre 2007 sous le titre deleatur – certains mots portent une résonance particulière sept ans plus tard.)

le marchand de boîtes à soleil

Hoi An, Vietnam, août 2012

Une petite pièce et la boîte brûlait de ses petites mains dans vos grandes mains, et jusqu’au fleuve qui l’entraînait sur son fil comme un bateau d’espoir. Jolie parabole en carton sur les joies qui grandissent en se transmettant, trait de lumière pour éclairer l’intuition d’un sens à la vie.

Pour peu qu’elle empêche quelques heures la neige d’effacer trop de choses et trop de gens, laissons la barque briller de toute sa chaleur fragile. La blancheur de l’hiver rend les joies toujours plus belles quand elles lui résistent un peu. Ne parlez pas au petit capitaine de l’obsolescence programmée du bonheur. Ne lui dites pas que la vie n’est qu’une attente qui se fatigue au bord d’un fleuve imprévisible. Le temps d’une flamme plus vive, répétons-lui: joyeux Noël.

Noël aux Balkans, Pâques aux jambons

cochon-2
Moldovita, Bucovine, juillet 2010
On ne boudine pas avec l’amour, alors merci ! Merci à vous, fidèles du pâté de maison, qui m’avez accompagné de port en porc tout au long de ces douze derniers mois. Merci aussi aux mécréants tire-bouchonnés, aux kafirs à gros groin, aux ingénues saucisses, aux dissidents de la bauge et aux odorantes andouillettes, puisqu’il faut de tout pour faire une (belle) terrine. Je vous souhaite à tous d’heureuses festivités prandiales. Pensez à prier le saindoux pour les mésanges. Et rendez-vous en 2011 pour d’autres salaisons.

přestávka

speakerine
TV moderátorka řetězce Z1, Praha, Česká republika, prosinec 2008
Dámy a pánové, dobrý večer. Vzhledem k tomu, období dovolených, nejsme schopni zajistit běžný průběh našich emisí. Tyto projekty budou dočasně přerušeny na několik dní, čas na nás, abychom šli k věci fazole v malých ptáků v zemi, která brutálně edentulism prezidenty. Nicméně, jsme si přáli, aby se vaše oblíbené kanály na minimální program, alespoň má ospravedlnit nákup vašeho položky a zaplacení poplatku. Budete moci najít, nebo zjistit sortiment re-opakování minulého století, speciálně vybraných poděkovat Vám za důvěru zvýšit během posledních měsíců. Přejeme Vám především velmi veselé Vánoce a těšíme se na Vaši návštěvu na stejné místo, za stejné obrazovce, se stejným vztek, úzkost stejné, stejné tichou vzpouru proti času, proti panování plutokratů a světa bez lítosti. Děkuji vám za pozornost a dobrý večer!

© 2009-2015 - GEASTER

ИТ новости