Articles marqués avec ‘amour’

l’amour est toujours en fuite

jeunefemmebali

Amed, Bali, août 2013

La rue bruissante, la lumière hâve.
Elle a mis tout le poids de sa vie dans la balance de son regard. Il n’a pas su se sauver du splendide éclair clouant son ombre. Sollicités par la même petite énigme : pourquoi eux, ici et maintenant?
Ce moment qui foudroie debout les plus vaillantes armées du doute. Cet instant qui resserre et qui tient en même temps à une distance sacrée.
Après? C’est une histoire qui se donne entre elle et lui. Des chapitres de beauté nocturne en plein midi. Des épitomés d’univers condensés dans leur masse noire et rare, dans une langue indéchiffrable autrement que par celle des cétoines.
Un matin, c’est un soleil qui ne brûle plus les doigts quand on le tranche de sourires. C’est une pluie froide qui tombe sur l’épaule de l’été quand on attendait ses doigts fins pour se consoler du vide. Les cétoines ont mangé les roses.
L’amour est toujours en fuite. Et Truffaut ne l’a pas rattrapé.
On peut toujours essayer de remonter le courant de l’amour. Pagaie, godille tant que tu peux. L’étoile qui le tient n’a jamais cessé de couler.  

le malheur des uns fait le bonheur des autres

deuxamoureux
Paris, mai 2014
Un bref moment de désarroi station Châtelet, que les travaux démantibulent. Une signalétique hasardeuse au bout de longs couloirs dédaléens, un accident grave de voyageur qui égaille les usagers du métro en tous sens. Je sors le petit dépliant pour me réorienter dans ce flot empressé, ils se plantent ici et commencent à se rapprocher. Tout est gris et bruyant sauf à l’instant où leurs lèvres se touchent. Ils s’embrassent. Assurément, copieusement – et pourtant je n’aime pas les adverbes. Feignant de ne rien comprendre à cette cartographie des intestins de Paris, je me pourvois en transparence pour mieux épier leurs travaux de mandibules. Leurs yeux se plissent, station enchantée. L’amour est sauf – à cet instant, c’est comme trouver du lait dans des fruits abandonnés.

bali honeymoon

couple

Pemuteran, Bali, août 2013
Ils s’étaient mariés quelques jours avant. Une lune de miel à domicile, sur leur confetti balinais. Ils se connaissent depuis l’enfance. Elle travaille dans une agence gouvernementale, lui sur les bateaux. Ils ne se voient pas tous les jours, ils ont l’habitude de se séparer des semaines entières, c’est toujours pour mieux se retrouver. Ils ont des projets : une maison, des enfants, mais pas tout de suite. Ils veulent « profiter ». Il souffle un vent chaud, la mer est à leurs pieds. A Bali comme ailleurs, la vie est toujours belle et simple dans le coeur des amoureux.

le lit oublié

oreillers

Sawah Indah Hotel, Sidemen, Bali, août 2013

C’était un lit dont ils ne savaient que faire, dans une pièce où ils n’allaient jamais. Lit bancal, sommier muet, draps jamais défaits. Les oreillers sont restés à leur place. 27 impasse Dupuis.

Tant de choses à s’écrire, si peu à vivre en somme. Mirage romanesque de l’encre sur du papier couché plus qu’eux-mêmes. Par quel mystérieux processus ces victorieux poèmes en rafales ont fané à leurs lèvres ? Ils avaient aimé pousser loin le verbe, comme le rossignol s’étourdit de ses propres trilles dans le miroir des belles nuits de mai, sans réussir à chanter juste une fois les rideaux tirés. Les vibrations si vraies sous la plume s’ensommeillaient sitôt les peaux frôlées. Mots, lettres, promesses, précipitées tout à trac dans le bain d’un été complice, ressemblent maintenant à de froides guenilles d’hiver. Avaient-ils trop lu Jean-Philippe Toussaint?

C’était un lit dont ils ne surent que faire, n’osèrent même pas refourguer au Bon Coin.

Ils se sont croisés à midi trente aujourd’hui devant la brasserie des Trois-Fontaines. Elle a relevé son col au passage glacé de la bourrasque, il a repris des haricots verts.

l’abandon

Hoi An, Vietnam, août 2012

Toutes choses dénouées par ailleurs, je ressentis la force du vent libre sur mon visage. J’entrepris une croisière en solitaire, prêt à affronter les éléments du ciel dans toute leur pureté cinglante. Debout au vent, je scrutais avec impatience l’horizon, cherchant la bourrasque qui me désemparerait. Je traquais par-delà les premiers nuages ce fameux coup de tabac qui emporterait tout:le dernier soupçon de tendresse, la trace ultime d’un attachement, cette autorité de l’amour, à la fois omniprésente et indéfinissable, dans laquelle je m’étais trop longtemps débattu sans même réussir à affronter son ombre.

© 2009-2014 - GEASTER

ИТ новости