sur la brèche

Emparis, Isère, juillet 2012
Un de mes ancêtres fut gardien de chèvres, racontent ses papiers retrouvés au fond d’une malle. Gardeur de troupeaux, aurait dit Pessoa. C’était à la fin du 19e siècle dans les collines sèches de l’Andalousie, à l’endroit où l’Europe ressemble le plus à l’Afrique : la région d’Almeria et le Maroc partagent une sidérante minéralité étoilée d’agaves, à peine fracturée par le trait bleu de la mer. Sans le savoir, cet aïeul m’a soufflé le goût de la steppe et des saisons, un amour immodéré pour le gai chant de l’alouette au point du jour et une fascination pour les accidents de terrain et les frontières. La frontière a ceci de particulier qu’elle rapproche au plus près deux pays et les sépare tout à la fois. J’aime ces espaces d’âpreté que les hommes ne franchissent jamais sans une joie mêlée de méfiance: joie de découvrir et défricher un peu de cette terra incognita, crainte des repères qui se perdent aux vents nouveaux. Où tout s’arrête, où tout commence. J’aime ces territoires qui remettent en cause nos certitudes identitaires et renvoient à la part tremblée de nous-mêmes. Frontières comme des contours communs à deux terres que tant peut opposer, espaces transitionnels où l’étranger s’apprête à devenir notre ami, où la différence devient désir. J’aime la frontière que l’on ne franchit pas comme un obstacle mais que l’on passe comme le perron vers une beauté mystérieuse, vers une intimité nouvelle. Parfois je longe la frontière d’un pays sans y entrer : resté à la porte, je regarde par la fenêtre entrouverte au bord d’un fleuve ou à la jointure de deux montagnes. Je m’imprègne du décor, je m’y projette, fais danser le mystère de la vie de l’autre sur la brèche de mon imagination. La frontière donne à rêver l’inconnaissable, comme ces grands livres qu’on donne à colorier aux enfants. Dans quelques jours, je suivrai ma trajectoire aérienne sur la carte du monde. Traque obsessionnelle : je chercherai encore d’infimes repères de vie par le hublot, lumières rouges dans la nuit marine, taches vertes parmi les vagues de caillasses. Et je compterai les frontières survolées, autant de marches gagnées sur les galets du temps, sur l’infinie désolation du tout-pareil et les déserts du cœur.

le mausolée des mercantiles

plateau d’Emparis, Isère/Hautes-Alpes, juillet 2012
Nul arbre pour stèle, seul le cantique du roide vent qui passe sur la pierre. Les fleurs n’ont même pas poussé pour eux, elles dansent entre elles la joie vive d’être là pour gaver les abeilles et les zygènes. Les mercantiles n’ont pas eu la montagne d’ici, malgré les « projets », comme ils disaient. Un projet, c’est toujours la grande inquiétude pour les cimes: le risque d’un reflet éternel dans une vallée noyée, la menace du fer au long des pentes de neige, le bitume noir qui étripe les prairies. Pas ici : les sentiers restent en cailloux, ils n’enlacent que les épis de campanules et les nigritelles continuent d’encenser leur vanille à qui sait s’agenouiller pour elles. Aster, arnica, séneçon : les flammes d’ici sont des corolles gonflées de soleil, que le vent soulève, fane et dispersera bien vite. La prière pour les mercantiles dure peu, quelques jours en juillet si la neige tardive ne joue pas les contre-feux. La montagne ne gardera rien de leur bref passage, qu’un vague cri d’effroi qui ricoche d’une paroi l’autre les soirs de glace. L’offrande des Mages, sur l’autel des senteurs : la fragile Nigritelle, qui murmure à la narine éblouie qu’on n’a jamais le temps de rien, sinon de contempler. Un parfum des tropiques sur le dôme du froid. A la vanité de construire et de graver la laideur, l’orchidée vanille oppose la force du merveilleux provisoire, qui vient, qui vit, qui va et qu’on n’emporte pas.

rafraîchissement

Horton Plains, Sri Lanka, août 2011
« Je suis empli de joie et de peine parce que je perds ce que je rêve et que je peux être dans la réalité où se trouve ce que je rêve. Je ne sais pas ce que je dois faire de mes sensations. Je ne sais pas ce que je dois être tout seul avec moi-même. Je veux qu’elle me dise quelque chose pour me réveiller à nouveau. » (Fernando Pessoa, Le Berger Amoureux)

odorante adoration

Syrphe sur une fleur qui pose question : la Raiponce, massif de Belledonne, Isère, le 23 juin 2012
Se risquer plus près, poser ses lèvres sur son archipel à peine éclos. Se laisser bouleverser par ses parfums déroulés d’aube et de houle, frôler ses cyathes de lumière à l’heure où la rosée boit le ciel, sans brusque coup de rame. Et sa main de feu dans ma main de pluie, et l’aubier de son coeur sous l’écorce de mes nuits vieilles. Se laisser gagner par tout ce qu’elle ne retient plus, une plainte, un souffle qui rebondit de joie en larme. Autour de nous on dirait que la terre se termine. La vie n’est jamais plus battante qu’à ses frontières enchevêtrées.

© 2009-2014 - GEASTER

ИТ новости