Archive pour juin, 2011

relocalisation du scepticisme

Borsa, Maramures, août 2010
« Ils essaient tous désespérément d’exister et d’être reconnus, et d’être uniques, ils ont leur page personnelle sur Internet, ils y publient leurs photos, ils y expriment leurs opinions. Et ils ne parviennent qu’à bâtir un temple vide dédié au culte d’un fantôme. » (Jérôme Ferrari, Un dieu, un animal).

ma mémoire s’obstine à effeuiller des étés morts

parc naturel du Vercors, Isère, avril 2011
« Nous ne sommes réels que dans la rencontre du présent : là où la proue fend l’eau. Devant, il n’y a rien encore, derrière un sillage vite effacé. » (Philippe Jaccottet) « De tous nos rêves il ne reste que le désir. Vent sans fin, ah! notre vie. Vertige qui a commencé Et ne finit pas. » (Alfonso Costafreda) « On ne peut diviser la défense des oeuvres du passé, celle du plaisir sexuel, celle du langage, celle de l’art. » (Pascal Quignard) Deaf Center - Time Spent

et si on pensait green alley?

Les grands projets urbains en cours de déploiement à Grenoble interrogent le devenir de nos villes. Sujet passionnant s’il en est. Ici, la durabilité s’exprime essentiellement par la densification du tissu urbain, prônée pour économiser l’espace et rationaliser les déplacements. L’adjonction de techniques et matériaux de construction innovants permet aussi de réduire la consommation d’une énergie de plus en plus coûteuse (à condition que des défauts de construction et les négligences comportementales des usagers ne ruinent pas cette ambition). Pourtant, l’écologie urbaine va bien au-delà de ces deux aspects.  Repenser la ville, ce n’est pas seulement corriger ses nuisances, c’est aussi lui donner un autre destin, en tant qu’élément intégré à son écosystème, fonctionnel au même titre qu’un fleuve ou une prairie. C’est ce qu’a imaginé la Ville de Chicago. Dans son Green Alley Handbook , elle formalise des tas d’idées que nous tardons à adapter chez nous : des jardins de pluie qui collectent l’eau du ciel et des gouttières sous forme de petites mares, la réduction de la pollution lumineuse par des éclairages spécifiques, des pavements perméables, le replantage de haies avec des essences locales, etc. Autant de pratiques qui suggèrent également de ne pas densifier partout, afin de laisser la terre respirer… Et de permettre aux habitants de voir encore un peu le ciel.

© 2009-2014 - GEASTER

ИТ новости