Articles marqués avec ‘rue’

disculpe las molestias

nah trang
Nha Trang, Vietnam du sud, août 2012
Le blog a connu pas mal de péripéties techniques cette semaine, et je tiens à m’excuser pour les sorties de route répétées. C’était pour la bonne cause. Nous venons tout juste de terminer la refonte du moteur (on a mis une plateforme hybride modulaire) et la carrosserie est en cours de reprise. Pour les options, chut ! Encore quelques jours et A PART SOI entrera enfin dans son ère expansive et responsive. On pourrait vous promettre que ça va dépoter grave, mais nous n’aimons pas les promesses, plutôt les surprises… Hey! on n’allait pas passer le cap des dix ans de blogging sans marquer le coup. Merci pour votre amicale patience.

un tour ailleurs, si j’y suis

Ninh Binh, Vietnam du nord, août 2012
 

Miter un appartement. Vider les vieux. Décramper. Faire glace nette. Décarcasser le plancher. Intenter, changer, passer, crier. Épépiner, déraisonner, fuguer. Délasser. Décontinenter. Tiorfan, panfurex, hépatite A: c’est fait. S’éprendre, s’essayer, se tirer, se barrer, s’espacer. Décrocher, désengager, dégrouper, détaler, tablier déchiré. Débarouler. Caqueter, s’empaler, sanglier, singer, sifilet, sablier, cétacés, s’effiler, s’envoler, trottiner, découvrir, contourner, desserrer. Pédaler, naviguer, surnager. Saumâtrer, javaner, danser. Bâliner. S’éloignons. Disparutre.

(D’après Georges Perec, Déménager)

cleans round the bends

Kandy, Sri Lanka, août 2011

Une rupture avec le consumérisme nous sauvera-t-elle du désespoir et de la laideur? Subsiste-t-il encore un désir de changer de modèle? Et d’ailleurs, a-t-on jamais osé formuler clairement une solution alternative:  battre la campagne en martelant qu’il faut redonner du pouvoir d’achat, n’est-ce pas renforcer implicitement la logique d’une satisfaction pulsionnelle?

que la fête commence (1)

Perahera de Kandy, Sri Lanka, août 2011
La Perahera est l’une des grandes fêtes religieuses en Asie. Dédiée à Buddha, elle déroule durant les deux premières semaines d’août de longues processions nocturnes, mêlant danses, musiques, défilés militaires et éléphants carapaçonnés. Elle puiserait ses origines au 3e siècle, lorsque les paysans priaient les Dieux pour faire tomber la pluie. La grâce élastique des centaines de danseurs arpentant chaque soir des kilomètres de rue, la furie crescendo des tambours et ces pachydermes drapés de lumière, esquissant parfois eux-mêmes un pas de danse, rendent le spectacle inoubliable.

© 2009-2014 - GEASTER

ИТ новости